La chasse au Prana



Durant mon escapade au Nouveau-Brunswick, je me suis retrouvée dans des endroits thérapeutiques du fait de leur grand espace chargé de vent pur, l'odeur de la mer, l'accès à la nature ou encore les gens des familles dans lesquelles les liens établis étaient nourrissants.

En 48 heures, j'ai pu observer mon visage changer, ma respiration s'allonger, mon rythme général ralentir et mieux se synchroniser à mes émotions. J'ai senti cet effet thérapeutique lié à un meilleur échange pranique.

Prana quoi ?

Le prana : parlons-en :) car après tout, cela représente un volet complet de la tradition du yoga. On a bien du mal à mettre des mots pour se représenter ce qui constitue une première approche au corps subtil (énergétique).

Le prana c'est "la somme de toutes les forces de l'univers" selon Swami Sivananda. Ce sont ces forces qui nous animent et qui se manifestent sur différents plans : des plus subtiles (énergie) aux plus denses (corps physique/ plan matériel). Ces forces sont vitales pour nous; nous ne pourrions vivre sans elles.

Le yoga nous amène, sans que cela n'en soit nécessairement le but, à une meilleure maîtrise ou optimisation de ces forces. On se familiarise avec le prana notamment à travers la conscience du souffle, quelques exercices de respiration, le mouvement ou encore la visualisation.

Où en trouver ?

Prana = force = mouvement. Une des sources les plus importante du prana est l'atmosphère. Sur le plan physique, l'air est chargé d'ions négatifs, des petites particules folles qui s'agitent et représentent la charge électrique de l'air. Ces ions proviennent des sources d'énergie comme le soleil, les radiations telluriques de la terre, les radiations cosmiques, les mouvements de grandes masses d'eau. Mais l'air est aussi constitué d'agents polluants dont la poussière qui emprisonnent ces petits ions et altèrent leur nature.

Par conséquent, pour faire le plein de prana : les grand espaces venteux et en bord de mer sans végétation luxuriante sont des zones très excitantes et revitalisantes pour notre système.

En ville, par contre, c'est l'inverse. La poussière et autres agents polluants alourdissent la composition de l'air, les petits ions négatifs rapides s'y retrouvent capturés et forment se qu'on appelle des gros ions lents. Leur composition et leur polarité sont affectés.

Enfin, prana il y a dans tout ce qui aura été produit/nourrit par les sources mêmes d'énergie naturelle citées ci-dessus,et, qui émanent de notre environnement : aliments, faune et flore, minéraux et autres composantes liées à notre éco-système.


Mode d'emploi / consommation :

Nous sommes des canaux d'énergie à travers lesquels ces forcent vitales s'expriment. Notre vitalité serait liée à notre capacité autant à les absorber qu'à les relâcher. Lorsque nous bougeons, respirons, mangeons, digérons, exprimons, nous reproduisons, etc. ces forces se manifestent. Nos capteurs principaux à travers le corps physique sont la langue, la peau, le nez et les alvéoles pulmonaires. Ces régions sont très précieuses et doivent rester exposées afin que les échanges dans les deux sens se fassent.

La qualité de ce que nous mettons dans notre bouche et sur notre peau et de ce que nous respirons est essentielle. Certaines matières synthétiques de vêtement obstruent par exemple l'échange pranique au niveau de la peau. C'est une des raisons pour lesquelles il est préférable de choisir du coton organique ou rien du tout et de se permettre de vivre nu(e) parfois. Marcher pieds-nus est nécessaire surtout dans les grandes villes ou nous sommes de plus en plus déconnectés de la nature. Le contact de notre peau, plus particulièrement de notre voûte plantaire, avec les forces telluriques de la terre, nous donne l'occasion de décharger les forces praniques. L'équilibre pranique, c'est la circulation dans les deux sens (absorption et relâchement du prana).

Idées & inspirations :

N'hésitez donc pas à prendre des bains solaires, des bains en eaux de mer, d'articuler la captation, par vos narines, de l'air des grands espaces naturel et non pollué (proche de l'océan, l'idéal). Privilégiez le contact de votre peau nue à la nature la plus vibrante. Avez-vous déjà pris un arbre dans vos bras ?

Stimuler votre odorat via des parfums les plus subtiles et naturel : fleurs & huiles essentielles par exemple.

Augmenter la qualité de ce que vous mangez : les fruits et les légumes biologiques ayant eux-mêmes au courant de leur vie fait leur stock de prana.

Pranayama signifie la maitrîse du prana, des forces vitales. Le prana répond à la pensée. L' optimisation de l'absorption, de l'accumulation et de la redistribution du prana dans notre organisme se font par la pensée. C'est la raison pour laquelle l'intention et la concentration sont de mise durant les exercices de respiration ou de visualisation en yoga.

Alors vivons connectés à ce qui nous nourrit vraiment!

Nous sommes des êtres fortement reliés à notre planète. Nous évoluons depuis très longtemps dans cet éco-système où nous nous adaptons sans cesse : la gravité, la pression atmosphérique, l'influence des astres, les radiations cosmiques et solaires etc..

Notre environnement contribue à notre fonctionnement.

Si on se coupe de lui, on ne contribue plus à la circulation des échanges praniques qui nous nourrissent. La relation saine avec notre environnement est essentielle à notre bien-être et à notre santé. Penses-y lorsque vous choisirez votre prochaine destination pour les vacances !


#prana #yoga #bienêtre #vacances

© 2016 by Alexandra Adénor